À propos de l'UNIMA ...

Bureau d'études
Régie de travaux
Services aux adhérents

Rappel historique

L'UNIMA est fondée au début des années 50 par la volonté du Conseil Général de l'époque et des Associations Syndicales du marais du département afin de permettre la restauration des réseaux hydrauliques des marais, (canaux, digues, écluses) délaissés pendant la période de la guerre et de l'après-guerre et de se doter d'une réelle logistique administrative, financière, technique et de travaux.

image

Après une étape sous la forme association loi de 1901, elle deviendra en 1953 union des 120 Associations Syndicales de Charente Maritime sur la base de la loi de 1865. Transformée en Syndicat Mixte Ouvert en 1965 pour permettre l’accueil en son sein des communes et groupements de collectivités (C.D.C, C.D.A, S.I.V.U., Syndicats mixtes...).

L'UNIMA compte aujourd’hui près de 250 adhérents, représentant un peu plus des 2/3 du territoire de la Charente-Maritime.

Un organisme structuré par les besoins de ses adhérents

image

À son origine l'UNIMA propose à ses adhérents deux grands services : Un outil administratif et financier permettant de bâtir des dossiers, de collationner les aides financières et de conduire les réalisations pour le compte des adhérents.

Un outil opérationnel la RIEM (Régie Inter-syndicale d'Entretien des Marais) qui, en regroupant les moyens des différents bassins de marais, se dotera de moyens modernes et adaptés et d'équipes spécialisées dans la restauration et l'entretien des réseaux hydrauliques.

Parallèlement se développe sous la tutelle du Génie Rural le bureau d'études de l'UNIMA auquel les collectivités locales à leur tour souhaitent avoir recours. C'est ainsi que l'UNIMA deviendra syndicat mixte le 9 mars 1965 afin d'accueillir en son sein les collectivités locales et leurs groupements, statut qu'elle conserve depuis ce jour.

Un outil à votre service

Aujourd'hui dotée d'un bureau d'études, d'une régie de travaux, de services administratifs, juridiques et financiers, d'éclusiers pour son réseau, l'UNIMA continue à œuvrer auprès de ses adhérents pour leur apporter conseils et assistance autour des questions de l'eau et de la protection contre les inondations.

Outil mutualisateur de moyens et de compétences pour le compte de ses adhérents et des territoires, l'UNIMA offre aujourd'hui une palette de services élargis pour répondre à leur demande avec toujours à l'esprit la volonté d'œuvrer avec un véritable esprit de service public.

image

Les tempêtes Martin en 1999 et Xynthia en 2010 conduiront l'UNIMA, à la demande de ses adhérents, à se doter de moyens spécifiques pour l'aider à répondre à la question de la gestion du risque d'inondation.

Dotée de moyens d'ingénierie conséquents, à ce titre l'UNIMA a intégré dès sa création en 2010, la mission littorale du Conseil Départemental (services du département, faculté de sciences de la Rochelle et UNIMA) chargée de la mise en œuvre du plan digues pour la protection des territoires littoraux charentais-maritime.

Les adhérents de l'UNIMA

Les Associations syndicales ont la responsabilité de la gestion hydraulique et de l'entretien des réseaux hydrauliques à l'intérieur de leur périmètre syndical. La gestion mise en place consiste à maintenir des niveaux d'eau compatibles avec les activités et la sécurité des personnes et des biens.

Les Unions d'Associations syndicales couvrent souvent un bassin de marais et permettent de mutualiser des moyens. Les Syndicats Hydrauliques s'étendent au-delà des zones de marais en incluant tout ou partie d'un bassin versant. Les Syndicats de Rivière peuvent couvrir tout ou partie d'une rivière, de ses affluents et de leurs bassins versants.

Les communes dans le cadre de la loi MAPTAM, elles se sont vu attribuer de nouvelles compétences obligatoires et ciblées (GEMAPI). Les Communautés de Communes et Communautés d'Agglomération peuvent recouvrir en partie seulement un bassin de marais ; leurs compétences ne s'étendant pas seulement aux domaines liés à l'eau.

Le département, propriétaires de voies d'eau domaniales et intervenant au travers de sa mission eau et mer au titre de la solidarité territoriale sur les questions traitant de l'eau (aspects quantitatifs et qualitatifs et protection contre les inondations).

L'Union des marais de la Charente-Maritime

Domaines d'intervention

L'UNIMA tire son originalité du caractère quasi-unique de son existence en France en terme de types de moyens et compétences mutualisés. L'efficacité de l'UNIMA vient de sa spécialisation, de la permanence de ses agents, de leur passion pour le marais, les milieux aquatiques et littoraux et de leur parfaite connaissance des contextes territoriaux et des acteurs de ces milieux.

L'UNIMA intervient pour le compte de ses adhérents dans les dossiers en matière d'aménagement, d'entretien et de restauration de marais, zones humides, et aménagement de plans d'eau et cours d'eau.

Elle a également développé des spécialités au fil des années comme le diagnostic des réseaux d'évacuation des eaux pluviales ainsi que le traitement des celles-ci avant rejet dans le milieu naturel ou encore la protection des territoires contre les inondations. Elle offre d'ailleurs sur ce dernier point de nombreux services à ses adhérents, allant de l'élaboration des volets spécifiques des dossiers P.A.P.I. ou P.S.R. (avec notamment des personnels spécialisés sur les A.C.B./A.M.C., sur les modélisations hydrodynamiques, levés de données bathymétriques et topographiques, ...) à l'accompagnement des collectivités pour répondre aux exigences du décret Digues (Élaboration des dossiers d'ouvrages, V.T.A., E.D.D, ...) Le bureau d'études de l'UNIMA a reçu l'agrément du ministère de l'environnement sur ces dossiers particuliers.

Transformée en Syndicat Mixte Ouvert en 1965 pour permettre l’accueil en son sein des communes et groupements de collectivités (C.D.C, C.D.A, S.I.V.U., Syndicats mixtes...), l'UNIMA compte aujourd’hui près de 250 adhérents, représentant environ 70% du territoire de la Charente-Maritime.

image

Bureau d'études

image

Régie de travaux

image

Lutte contre les espèces végétales invasives